Arrested Development

Arrested Development est une série américaine ayant connu un grand succès au cours des dernières années. Cela n’était néanmoins par le cas lors de sa sortie initiale, ce qui l’a conduite, à l’instar de Firefly, d’être écourtée puis arrêtée par la Fox. Néanmoins, 13 nouveaux épisodes ont été produits en 2012 et seront diffusés prochainement sur Netflix, et c’est donc l’occasion de revenir sur ce qui est, à mon sens, la meilleure série comique jamais produite.

arrested_title

On suit la vie quotidienne de Michael Bluth et de sa famille de millionnaires après que son père se soit fait arrêter pour fraude fiscale. Ayant vécu comme des rois jusqu’alors, ils sont tous plus ou moins irresponsables et égoïstes à l’exception de Michael, à qui il incombe maintenant de gérer sa famille.

Cette famille, c’est un fils timide amoureux de sa cousine (Michael Cera, dans son unique rôle), un frère magicien raté, une sœur égocentrique, un beau-frère en déni de son homosexualité, une mère alcoolique et insensible et un père truand. Totalement dysfonctionnelle, cette smala va être forcée de vivre dans la maison de démonstration de l’entreprise familiale tandis que Michael s’efforce de libérer son père.

cast

Les sources d’humour sont multiples : à cette situation déjà cocasse s’ajoutent un narrateur sarcastique qui a souvent tendance à briser le 4ème mur, une mise en scène intelligente sans rires en boîtes et scènes stéréotypés, et des histoires qui évitent soigneusement les clichés.

Le vrai coup de génie à mon sens, c’est que l’histoire respecte scrupuleusement la continuité du scénario. Ceux qui suivent ce site savent déjà que c’est ce qui m’a fait craquer, dans un tout autre genre, pour OOTS, mais ici cette attention au détail ne sert pas juste à éviter les plot holes : une bonne partie de l’humour est basé sur des références parfois évidentes, parfois très subtiles à des épisodes précédents. Un exemple qui m’a particulièrement impressionné fut cet épisode où un personnage fait un trou dans un mur par accident. Lors des épisodes suivants, le trou est toujours là, même s’il n’a aucun d’impact dans l’histoire ! Dans une sitcom classique, le plateau aurait été magiquement reconstruit entre chaque épisode.

Ce fourmillement de clins d’œils et d’auto-référencement donnent vraiment une immense profondeur à la série. Mais comme c’est une œuvre comique, on a pas l’effet des séries plus sérieuses où ce genre de détails importants plus tard sont présentés sous formes d’énigmes irrésolues : ici, tous est drôle en première lecture, même si on réalise plus tard que wow, ce personnage mineur de la première saison fait en fait partie intégrale du scénario.

arrested_annyon

Intelligente, facile à aborder et vraiment drôle grâce à son cast qui marche très bien ensemble, Arrested Development est une excellente série qui, ironiquement, se termine trop tôt. Elle ne se termine néanmoins pas sans fin comme Firefly, vu que le réalisateur était au courant de l’annulation de la série et la laissé sous-entendre dans les derniers épisodes, et comme mentionné plus haut, 13 nouveaux épisodes seront diffusés en Mai.

 

La campagne publicitaire de la nouvelle saison, basée sur des références au reste de la série.

La campagne publicitaire de la nouvelle saison, basée sur des références au reste de la série.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Donnez-nous un coup de pouce :o
Aidez-nous en nous donnant de la visibilité ! Likez nos pages FB et G+
Social PopUP by SumoMe